REFLEXION BUJINKAN

Les réflexions d'un Shidoshi-Hô


Poster un commentaire

Le Gyokushin Ryu Ninpô

Le fondateur de « l’école du Cœur immobile », au 16ème siècle était Sasaki Goemon Teruyoshi. Le Gyokushin Ryu se concentre plus sur stratégie et l’espionnage que sur le combat, comme l’ont fait la plupart des autres écoles de Ninjutsu. Les techniques ont été mélangés avec d’autres écoles déjà dès le début. Entre autres, ils sont entrés en contact avec le Gyokko Ryu et le Togakure Ryu. Avec le temps, il a ensuite été subdivisé en différentes composantes : le Ninpo Taijutsu/Kosshijutsu, le Koppojutsu et le Jujutsu. Cependant, toutes les écoles Gyokushin n’ont eu aucun lien avec les autres dans le temps.

Le Gyokushin Ryu est connu pour son excellente utilisation de la Nagenawa (corde/lasso) et le Kusarifundo (chaîne courte lesté).

Les techniques de combat à mains nues (blocages, coups et positions) existant dans l’école sont à l’origine, dit-on basé sur le Gyokko Ryu et sont encore très semblables à celles d’aujourd’hui. Par exemple, les écoles utilisent le Ichimonji no Kamae de la même façon. De même, il aime utiliser des armes pliés (fer) et les ongles pour frapper. En outre, seules quelques étapes sont réalisées, le corps se déplace à travers la flexion des genoux.

En outre, en plus de l’utilisation de Sutemi (chutes sacrifices), il est dit être caractéristique de ce Ryu que le défenseur prend l’équilibre de l’attaquant, ouvre complètement l’espace de son adversaire (lui lève les bras) et mets des coups dévastateurs à la poitrine. Comme dans les autres écoles de Ninjutsu, le Gyokushin Ryu attaque non seulement les yeux avec le metsubushi, mais aussi le cœur. Ici, le terme « cœur » est synonyme de l’attaque de la volonté et de la détermination qui, à travers la confusion temporaire, apporte un attaquant en dehors du rythme. La poudre n’est pas seulement un aveuglement donnant au Shinobi une fenêtre de temps de plusieurs secondes pour disparaître ou à attaquer. Les « effets secondaires » jouent ici un rôle beaucoup plus important.

Dans les Densho de Hatsumi, au moins treize techniques de combat et des méthodes d’entrainements dissimulés sont décrites. Cependant, elles sont plutôt inconnus en dehors du Japon et Hatsumi n’enseigne pas officiellement cette école, mais démontre plutôt occasionnellement des exemples de celle-ci (comme les Kihon Happo avec le sentiment de la Gyokushin Ryu).

Extrait traduit de l’anglais depuis le livre « Togakure Ryu – Bujinkan Budo Densho »

Publicités


20 Commentaires

Le Bujinkan et le Ninjutsu

Lorsque l’on parle de « ninjutsu » on fait souvent le rapprochement avec les différents ensembles d’écoles issues du Takamatsuden que sont le Jinenkan, le Genbukan et le Bujinkan.

Nous parlerons plus précisément du Bujinkan, cela va de soit, mais les réflexions et les questionnement qui suivent sont valables pour les deux autres disciplines.

Il est vrai que le Bujinkan se compose de 9 écoles d’arts martiaux différentes, dont 3 de ninjutsu. Il s’agit des écoles « Togakure Ryu Ninpo », « Gyokushin Ryu Ninpo » et « Kumogakure Ryu Ninpo ».

Il faut savoir que la principale des 3 écoles qui a été enseigné, fût le « Togakure Ryu Ninpo ». Ce fût d’ailleurs le thème de l’année 2008.

Toutefois est-ce que les pratiquants du Bujinkan, pratique le ninjutsu ?

Pour se faire une vague idée d’une réponse, il faut d’abord replacer certaines réalités et certains contextes.

Hatsumi Masaaki Soke, lorsqu’on lui a posé la question,  a dit ne plus enseigner le ninjutsu depuis plus de 15 ans. Lorsqu’il a tenu ces propos, cela correspondait au changement de nomination du Bujinkan.

Notre discipline a évolué avec le temps. Elle c’est nommé « Bujinkan Ninpo Taijutsu » pour enfin aboutir vers 1995-1996 à l’actuel nom de « Bujinkan Budo Taijutsu ».

Ce qui est sûr c’est qu’à l’heure actuelle, nous sommes tous diplômé de « Bujinkan Budo Taijutsu » et pas d’autre chose sur nos diplômes délivrés au Japon par Masaaki Hatsumi Soke.

Aujourd’hui, quand on parle de l’école « Togakure Ryu », c’est surtout par rapport à des principes ou des déplacements applicables par transposition aux 8 autres écoles que nous apprenons. Peu de dojos pratiquent les techniques contenues dans cette école qui comprend aussi la grimpe et la dissimulation.

Nos plus anciens instructeurs, qui doivent être autour de 25 ans de pratique me semble-t-il (en France), ont aussi évolué et suivent les enseignements actuels de Maître Hatsumi et non les enseignements d’il y a presque 18 ans maintenant. C’est une certitude !

Il est connu aujourd’hui que le ninjutsu se compose au minimum de 18 apprentissages différents (et voir bien plus selon les écoles). Dans les clubs enseignants le Bujinkan, nous pouvons dire que nous étudions le plus souvent, un maximum de 6 des 18 apprentissages :

  • le tai jutsu (combat à mains nues),
  • le ken jutsu (escrime au sabre),
  • le bo jutsu (escrime au bâton),
  • le shuriken jutsu (lancer de lames),
  • le yari jutsu (escrime avec lances)
  • le naginata jutsu (escrime avec hallebarde).

Pouvons-nous dire qu’en apprenant qu’une si petite partie de ce qui compose le ninjutsu, nous le pratiquons réellement ?

Le fait d’appeler notre discipline, « ninjutsu » ou encore « ninjutsu du Bujinkan » n’est-il pas réducteur, puisqu’il s’agit seulement de 3 écoles sur les 9 qui la compose ?

Au sein de la Fédération Française du Sport Travailliste (FFST), les dojos du Bujinkan ce sont regroupé sous la nomination « ninjutsu » depuis 2012. Mais ne devrait-ils pas être regroupés plutôt sous le nom réel de la discipline, le « Bujinkan Budo Taijutsu » ?

L’appellation « ninjutsu » n’est-elle pas employé à toutes les sauces aujourd’hui ? Est-ce simplement une dérive à but commercial ? Cela ne porte-t-il pas un discrédit sur le Bujinkan ?

Beaucoup pratiquent sans se poser de question, et disent pratiquer le « ninjutsu », parcequ’il en a toujours était ainsi, depuis qu’ils sont arrivés dans la discipline et qu’ils l’ont toujours entendu. Pourquoi pas, j’ai été de ceux-ci jusqu’à maintenant.

Hors passionné par le « Bujinkan Budo Taijutsu », j’essaye maintenant d’aller plus loin que le seul apprentissage technique. Il en découle quelques questions légitimes, en observant ce qui se passe autour de notre discipline et de son passé.

Je sais que ce texte risque d’être un pavé dans la marre pour certains, mais je crois qu’il serait bien, d’être honnête envers nous même, concernant ce que nous pratiquons. Et de se poser les bonnes questions pour faire progresser le Bujinkan dans un sens positif.

Cédric VARESANO
Shidoshi-hô du Bujinkan Budô Taijutsu

——————————————————–
Rajout du 08  novembre 2014
——————————————————–

Voici une série de vidéos, d’interviews en provenance de l’Université de Mie au Japon.

Elles complètent la première vidéo du Professeur Yamada, posté lors du « rajout du 05 janvier 2014 ».

——————————————————–
Rajout du 05  janvier 2014
——————————————————–

Voici une vidéo, présentant une interview du Professeur Yamada. Directeur de recherche à l’Université de Mie au Japon.

Il explique notamment ce qu’est le Ninjutsu pour les Japonnais. Et à mon sens, il n’y a pas mieux placer pour en parler, que les Japonnais eux mêmes.

——————————————————–
Rajout du 15 octobre 2013
——————————————————–

Un peu de sémantique Japonnaise :

« Ninjutsu » est un terme apparu au 17 ème siècle, période d’Edo où les ninjas disparaissent. On parlait plutôt avant de shinobi no jutsu (même termes mais avec une lecture différente du kanji shinobi).

« Ninpô » est un terme également apparu à Edo et se rattache aux représentations du ninja dans le théâtre kabuki et les estampes de cette époque. J’ai demandé à Mr.Kawakami qui m’a dit avoir lu un document ancien où le terme « 忍法 »est écrit, mais il est peu probable que ça se lisait « ninpô » et le sens en serait alors également différent.

Guillaume Lemagnen (chercheur à l’université de Mie au Japon)