REFLEXION BUJINKAN

Les réflexions d'un Shidoshi-Hô


Poster un commentaire

Le Gyokushin Ryu Ninpô

Le fondateur de « l’école du Cœur immobile », au 16ème siècle était Sasaki Goemon Teruyoshi. Le Gyokushin Ryu se concentre plus sur stratégie et l’espionnage que sur le combat, comme l’ont fait la plupart des autres écoles de Ninjutsu. Les techniques ont été mélangés avec d’autres écoles déjà dès le début. Entre autres, ils sont entrés en contact avec le Gyokko Ryu et le Togakure Ryu. Avec le temps, il a ensuite été subdivisé en différentes composantes : le Ninpo Taijutsu/Kosshijutsu, le Koppojutsu et le Jujutsu. Cependant, toutes les écoles Gyokushin n’ont eu aucun lien avec les autres dans le temps.

Le Gyokushin Ryu est connu pour son excellente utilisation de la Nagenawa (corde/lasso) et le Kusarifundo (chaîne courte lesté).

Les techniques de combat à mains nues (blocages, coups et positions) existant dans l’école sont à l’origine, dit-on basé sur le Gyokko Ryu et sont encore très semblables à celles d’aujourd’hui. Par exemple, les écoles utilisent le Ichimonji no Kamae de la même façon. De même, il aime utiliser des armes pliés (fer) et les ongles pour frapper. En outre, seules quelques étapes sont réalisées, le corps se déplace à travers la flexion des genoux.

En outre, en plus de l’utilisation de Sutemi (chutes sacrifices), il est dit être caractéristique de ce Ryu que le défenseur prend l’équilibre de l’attaquant, ouvre complètement l’espace de son adversaire (lui lève les bras) et mets des coups dévastateurs à la poitrine. Comme dans les autres écoles de Ninjutsu, le Gyokushin Ryu attaque non seulement les yeux avec le metsubushi, mais aussi le cœur. Ici, le terme « cœur » est synonyme de l’attaque de la volonté et de la détermination qui, à travers la confusion temporaire, apporte un attaquant en dehors du rythme. La poudre n’est pas seulement un aveuglement donnant au Shinobi une fenêtre de temps de plusieurs secondes pour disparaître ou à attaquer. Les « effets secondaires » jouent ici un rôle beaucoup plus important.

Dans les Densho de Hatsumi, au moins treize techniques de combat et des méthodes d’entrainements dissimulés sont décrites. Cependant, elles sont plutôt inconnus en dehors du Japon et Hatsumi n’enseigne pas officiellement cette école, mais démontre plutôt occasionnellement des exemples de celle-ci (comme les Kihon Happo avec le sentiment de la Gyokushin Ryu).

Extrait traduit de l’anglais depuis le livre « Togakure Ryu – Bujinkan Budo Densho »

Publicités


1 commentaire

Les livres du « Bujinkan Budô Densho »

Image

Il s’agit d’une série de 7 livres fait par le « Bujinkan Budô Densho » et plus particulièrement Carsten Kühn (textes) et Tommy James Peters (planches).

Ils présentent les différentes techniques de chaque école avec un petit descriptif et une série de planches de dessins. On y trouve aussi l’historique des écoles, les kamae et les différentes frappes rattachés à chacune d’elles.

A mon sens, ils sont pas mal fait et intéressant comme aide-mémoire. Je m’en aide assez souvent pour trouver des idées lors de mes sessions de cours un peu plus technique. D’ailleurs, je pense qu’il s’agit plus de cahiers de travail que de livres.

Pour les débutants, ces livres ne serviront pas à grand chose, à part s’instruire un peu. Il faudra déjà avoir travaillé les bases, voir les techniques, pour pouvoir avoir une idée de comment les interpréter.

Les 7 livres se répartissent ainsi :

  • volume 1 = Gyokko Ryû Kosshijutsu
  • volume 2 = Kukishinden Ryû
  • volume 3 = Togakure Ryû Ninpô, Gyokushin Ryû Ninpô, Kumogakure Ryû Ninpô
  • volume 4 = Kôtô Ryû Koppojutsu
  • volume 5 = Shinden Fûdo Ryû – Jûtaijutsu
  • volume 6 = Shinden Fûdo Ryû – Dakentaijutsu
  • volume 7 = Takagi Yoshin Ryû

Ces livres existent en version : anglaise, allemande, italienne, espagnol

Comme d’habitude, et ce que je déplore souvent pour les livres et DVD, il n’y a pas de traduction française existante.

Vous pouvez trouver ces cahiers de travail, sur les sites Amazon des pays concernés (Royaume-Unis, Etats-Unis, Allemagne, Italie, Espagne) en fonction de la langue qui vous intéresse.

Cédric VARESANO
Shidoshi-hô du Bujinkan Budô Taijutsu