REFLEXION BUJINKAN

Les réflexions d'un Shidoshi-Hô

Le Vide

3 Commentaires

Qu’est ce que nous évoque le vide au Bujinkan ??

C’est un des 5 éléments japonnais, que l’on retrouve donc dans les « sanshin no kata » (ou gogyo). Il est le dernier des 5 généralement dans l’ordre d’apprentissage et s’appelle « Kû no kata ».

Le vide évoque aussi des principes basés sur la désorientation sensorielle et réflexe de uke:

  • s’effacer pour provoquer un déséquilibre (le célèbre principe du kûkan)
  • attirer l’attention pour attaquer ailleurs dans un quasi même moment
  • etc…

Mais à part ces facettes connues et souvent travailler, « le vide » m’évoque aussi la façon dont il se comble.

Souvent, et c’est surtout flagrant quand on travail avec les armes, je dis à mes élèves : « penser à combler les vides ».

Sur les clés, avec le hambo, il faut combler les vides pour que les clés/torsions soit efficaces. J’entends par là, ne pas laisser d’espace dans l’emprisonnement du poignet de uke lors d’une clé en « ura gyaku » par exemple. Cela en rapprochant au maximum l’emprise faites par le hambo et les poignets de tori et en comblant ainsi tous les espaces.

Il existe une autre façon de combler les vides, qui se retrouve dans les déplacements et l’utilisation de l’espace de uke.

Par exemple, sur « ka no kata », l’élément feu des « sanshin no kata », il est possible de combler le vide en se déplaçant suffisamment dans l’espace de uke et ainsi de prendre son équilibre sans que celui-ci ne puisse rien faire, c’est nous qui pouvons décider de le laisser debout …. ou non.

Lors d’un des derniers cours de la saison (2012-2013), alors que nous étions entrain de travailler sur les « sanshin no kata ». Un élève m’a dit sans que j’en parle auparavant : « Ah oui, j’ai compris ! Là aussi on comble les vides, je ressens mon équilibre partir et je ne peux rien faire, c’est trop tard ! »

Je lui ai répondu qu’effectivement, d’une certaine manière on combler aussi le vide.

Je suis sûr que ce principe doit avoir un nom, comme tous les autres, mais je l’ignore.

Bref, tous ces principes, illustrés ici, peuvent s’appliquer à main nues, comme avec les armes.

Cédric VARESANO
Shidoshi-hô du Bujinkan Budô Taijutsu

Publicités

Auteur : Cédric alias "le Grizzly"

Shidoshi-Hô (4° Dan) du Bujinkan, Instructeur du Bujinkan Dojo Chartreuse

3 réflexions sur “Le Vide

  1. Thème très intéréssant et, il me semble, très complexe dans la simplicité qu’il requiert …

    J’ai tendance à penser que les techniques du vide proposent d’utiliser le vide environnent pour générer le vide dans la tête de son adversaire et demande, pour cela, de savoir faire le vide dans son propre esprit.

  2. Je ne suis pas sûr de très bien saisir l’article alors je vais répondre par ceci en espérant être dans le sujet:

    Hatsumi sensei appel son budo l’art de la distance n’est ce pas? À mon avis, Ku no kata n’est qu’une base comme tout les autres kata du sanshin. Tous c’est kata peuvent (et doivent??) ensuite être modulés en fonction du premier pas (ce qu’on appel esquive ou tai sabaki).

    Le vide selon ma compréhension est tout espace qui n’est pas uke ou tori. Ce vide peut être comparé à un tourbillon (Vacuum).

    Facteurs de variations sont:
    1- L’angle d’esquive 90 degré (pas de coté) ou 45 degré (avant ou arrière). Chaque angle créé un changement de distance entre 2 partenaire.

    2 – Intérieur ou extérieur de l’attaque de Uke
    Intérieur étant le coté intérieur du bras de l’attaque, bref l’endroit le plus dangereux puisqu’on s’expose immédiatement à un 2eme coup de poing. Bref on va directement au centre du tourbillon…

    Extérieur étant le meilleur endroit à être puisque cette position limite les choix d’attaques de uke. À ce moment là, on reste en bordure du tourbillon afin de mieux pousser Uke dans le tourbillon…

    3- Le 3eme facteur est le plus dur à travailler, car on reste sur la trajectoire de l’attaque. À ce moment, 3 situations possible:
    Ou bien l’on avance sur l’attaque ou l’on recule d’un pas arrière ou l’on reste sur place. Çà demande un bon timing, et les risques de blessure sont un peu plus grand. À ce niveau, les 2 partenaires reculent dans le centre du tourbillon et devienne le vide…

    Imaginé une grille de tic tac toc sur le plancher. Tori debout dans la case au centre. 9 Case, 9 choix.
    On peut attaquer Tori de l’extérieur du carré avec une frappe. Ou rester sur une case pour saisir tori.
    Bref, des heures de plaisirs! 😛

    • Le vide est un principe.

      Certes qui peux avoir des variables. Mais quand on parle de l’appliquer sur les « sanshi no kata », c’est sans les modifier. C’est en restant dans la série de « kamae » qui fait chaque élément et comme on les apprends dans tous les dojos.

      La différence qui fera la création (ou le comblement) ou non du vide sera le mouvement (principalement sa direction) et la distance. Ce qui est vrai pour la plupart des techniques. D’autres techniques utiliseront l’aspect psychologique… mais quand on y regarde de plus prêt, on retombe sur une histoire de distance et de mouvement d’une manière ou d’une autre (même si parfois on y mêle aussi la notion de timing).

      Le vide est difficile à ressentir avant un certain niveau d’apprentissage et d’utilisation de son corps (ainsi que de celui de uke). Donc c’est aussi quelque chose qui peux être difficile à travailler ou ne serais ce qu’à saisir.

      Comme l’a si bien dit Franck c’est : « un thème… très complexe dans la simplicité… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s